FJKM Ambavahadimitafo

Fiangonan'i Jesoa Kristy eto Madagasikara

Interview Pasteur Rakotoharintsifa Andrianjatovo et M.Albert Huber (chargé de mission presse Cevaa)

Interview Pasteur Rakotoharintsifa Andrianjatovo et M.Albert Huber (chargé de mission presse Cevaa)

Publié le 28 mai 2009 à 12:05

Théologien, Andrianjatovo Rakotoharintsifa enseigne le Nouveau Testament et la sociologie des religions à Antananarivo. Licence de Lettres, études du russe et doctorat en théologie l’ont conduit de la capitale malgache à Moscou, Lausanne et Göttingen.

Resté pasteur de paroisse et très proche de son terroir, il porte un regard éclairé sur son île natale. Au nom des siens. Entretien.

Vous êtes reconnu comme l’un des théologiens de l’apôtre Paul . Pourquoi donc cette affinité ?

Les écrits de Paul comptent pour moi parmi les plus critiques et les plus radicaux sur le plan de la pensée. La 1e épître pastorale aux Corinthiens renvoie à ma propre culture. L’ approche de la mort, de la vie sexuelle libre…c’est nous les Africains. On est tout à fait dans quelque chose d’existentiel…

Précisément, peut-on parler d’une théologie malgache spécifique ? D’origine, la théologie malgache s’adresse à des situations de misère, d’aliénation tant spirituelle, qu’économique et sociale, d’oppression par de faux Dieux, de soumission aveugle au destin, de fatalité sur le plan philosophique. Il importe de libérer les gens de ces contraintes qui en font des esclaves, de tirer leur esprit de la pauvreté mentale et culturelle. Avoir le courage de s’en sortir, c’est travailler sur le plan de l’éthique, de la solidarité, de l’engagement concret aux côtés de ces pauvres dépourvus de tout.

L’urgence passe par la générosité humaine. La théologie de l’action sociale n’est pas une théologie dans le désert. Mon Eglise la pratique au fin fond des campagnes. A défaut d’administration, l’Eglise seule est présente sur le terrain pour alimenter le réseau de solidarité, aidée par la population non-chrétienne.

Revivifier, corriger, réformer, actualiser la société traditionnelle constitue une autre urgence. Elle passe par la prise en compte des droits de l’homme. Dans certaines ethnies, la domination sociale s’exerce encore à l’encontre des femmes ou des enfants. Par exemple, dans tel ou tel village, il y a refus de partager la table avec des femmes…

Quel regard portez-vous sur la pauvreté qui ne cesse de frapper votre pays ?

Nos structures sociales empêchent de promouvoir la libération des pauvres. L’éducation et l’apprentissage de la vie sociale n’arrivent pas à renverser la situation. Nous, malgaches, sommes comme des adeptes de la philosophie du destin. Pour nous, l’ordre est fait par Dieu. Nous nous considérons comme des choses ordonnées par Dieu. Par conséquent, nous nous adaptons à la pauvreté. Nous arrangeons notre vie pour accepter la pauvreté. C’est un facteur intra-culturel. Ainsi, nous acceptons la fatalité des cyclones.

Aucune réplique technologique à cette situation. L’Etat ne réagit pas. Dans un pays largement agricole, s’il y a des pépins de prix alimentaires qui grimpent, on laisse faire. Nos bailleurs de fond ne poussent pas à une économie semi-industrialisée. Sous la coupe de la politique économique industrielle mondiale et du FMI , nous en sommes restés à l’ère du système de Bretton Woods , sans marges de manœuvre. L’imagination manque cruellement. On utilise les conflits locaux pour diviser les populations, on pratique le mépris de l’autre, on ignore la solidarité. Les initiatives locales sont étouffées, alors qu’il s’agit d’écouter les gens sur le terrain sans préalable. Et le bandistisme s’installe. Il est et a toujours été d’origine politique . On pille la société pour se venger des politiques. Les petites gens n’ont plus de cadre sécuritaire.

Votre Eglise protestante est proche de l’Etat. Son vice-président est aussi le président de la République . Comment analysez-vous cette situation ? Historiquement et socialement l’Eglise jouent un rôle d’avant-garde, dans l’éducation, la santé de base pour les petites gens, dans le travail d’animation auprès des jeunes, des femmes…L’Eglise fait beaucoup. Mais elle suit l’Etat, un pas à ne pas franchir. Elle n’est pas de nature subalterne et se doit d’appliquer d’autres critères d’engagement. Elle a surtout un rôle prophétique de justice face au mépris des pauvres, face à la corruption. Un rôle aussi de vigilance afin de ne pas relayer la propagande. Inversement l’Etat n’a pas à s’immiscer dans les affaires de l’Eglise, en fermant des églises par exemple. Il est présent pour tout le monde. Il n’a pas à avoir de théologie, il est laïc et indépendant des ecclésiastiques. Il ne salarie pas ces derniers.

Le président de la République se doit de discerner le jeu de l’Etat et celui de l’Eglise. le président actuel s’affiche comme chrétien. Ainsi, le religieux devient ostentatoire. Cela peut gêner dans des endroits non adaptés. Ce qui importe c’est le respect du pluralisme des religions, l’appartenance nationale. Pourquoi ? Pour ne pas attiser l’intégrisme. Ce qui se passe au Moyen-Orient nous guette. Attention à ce que cela n’arrive pas à Madagascar.

Les relations Eglise – Etat sont ingérables dans l’ambiguïté. Il vaut mieux une séparation nette. Pour que les chrétiens n’aient pas peur de dire non, d’exprimer leur dissentiment. Au vu de la puissance du politique, les chrétiens préfèrent se taire. C’est dommage pour l’Eglise.

Êtes-vous un théologien heureux ?

Oui ! Je vis sur le terrain, le lieu même où ma théologie est mise à l’épreuve, comme dans un laboratoire naturel. Même si cela est dur, je suis humainement là pour servir mon peuple. Je ne quitterai jamais mon pays. Je contiens la solitude intellectuelle par les livres. Je suis un rat de bibliothèque, vorace en lecture, servi par Internet et un cercle d’amis -depuis mes 5 ans comme assistant de Nouveau Testament à l’université de Lausanne- qui m’envoient toutes sortes de documents par réseau.

J’essaye de mettre mes compétences à la disposition de l’Eglise, de la faire avancer, de parler pour faire progresser la pensée. Le tout dans un esprit critique propre à la théologie qui se veut productive, hors de l’abstraction formelle. Cela commence à passer. Je suis là pour donner, sachant que l’Eglise a aussi besoin d’autres cadres que les théologiens. Pas de francs-tireurs : le divorce entre théologie et vie d’Eglise est stérile. Pour rester à l’écoute du peuple de l’Eglise, je suis resté pasteur à plein temps, dans une paroisse du centre d’Antananarivo. C’est elle qui me paye. Et c’est en vacataire que j’enseigne à la Faculté de Théologie et à l’Université…

recueillis par Albert Huber chargé de mission presse Cevaa


Lire aussi

27/11/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Advento 2022 : Fa izay rehetra nandray Azy dia nomeny hery ho tonga zanak’Andriamanitra, dia izay mino ny anarany

Alahady 27 novambra 2022, alahady voalohany @ Advento, mbola handalinana hatrany ny lohahevitra hoe « Miomàna handray ny Mpamonjy« , ka nitondran’ny mpitandrina mpiza-draharaha Tianarisoa Miora ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Jaona 1 : 9:13 «  9Tao ny tena Mazava Izay mahazava ny olona rehetra tonga amin’izao tontolo izao. 10Teo amin’izao tontolo izao Izy, ary Izy no nanaovana izao

20/11/2022 A la une . Antso sy filazana . Jobily 25 taona Past. Alain Randrianarisoa

Fanentanana 25 taona Pst. Randrianarisoa Alain

« Haleloia, hidera an’i Jehovah amin’ny foko rehetra aho », Salamo 111, 1a Afaka alahady 2 dia ho tonga ny andro firavoravoantsika hankalazana  ny Jobily volafotsy maha-mpitandrina an’Andriamatoa Randrianarisoa Alain mivady. Hatraiza ny fanomanana ? Zoma 02 desambra 2022 : fanompoam-pivavahana hanasàna ny Foibe FJKM, Synodam-paritany Antananarivo Atsinanana, Fiangonana, fianakavian’ny mpitandrina ary ny vahoakan’Andriamanitra, izay arahina sakafom-pifaliana

20/11/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Jesoa Kristy ho avy amin’ny fahefany

Alahady 20 novambra 2022, nitondrana am-bavaka ny Sampana Mpanazava sy Tily manerana ny sahan’ny FJKM, mbola handinihana ny lohahevitra hoe « Miomàna handray ny Mpamonjy« . Ny mpitandrina Razakamanantsoa Narinjaka no nitondra ny hafatr’Andriamanitra araka ny I Tesaloniana 5 : 1-5 « Fa ny amin’ny andro sy ny fotoana, ry rahalahy, dia tsy misy tokony hosoratako aminareo, 2satria ianareo

13/11/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Anio no tonga eto amin’ity trano ity ny famonjena, fa izy dia zanak’i Abrahama koa

Alahady 13 novambra 2022, hitondrana am-bavaka ny fitantanana ny fanànana eo anivon’ny FJKM ary koa hitondrana am-bavaka ny Antoko Mpihira Ambavahadimitafo. Mbola antin’ny lohahevitra isika manao hoe « Miomàna handray ny mpamonjy » ka ny mpitandrina RANDRIANARISOA Alain no nitondra ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Lioka 19 1 – 10 :  » 1Ary Jesosy niditra ka nandeha

06/11/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Koa amin’izany miambena ianareo; fa tsy fantatrareo izay andro hihavian’ny Tomponareo.

Alahady 06 novambra 2022, hiarahana misantatra ny teny faneva amin’ity volana ity manao hoe « Miomàna handray ny Mpamonjy« . Ny mpitandrina Randrianarisoa Alain no nitondra ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Matio 24 : 42-51 :  » 42Koa amin’izany miambena ianareo; fa tsy fantatrareo izay andro hihavian’ny Tomponareo. 43Nefa aoka ho fantatrareo izao: Raha fantatry ny tompon-trano ny

23/10/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Jesoa manavao ny fanompoan’ny fiangonana

Alahady 23 oktobra 2022, mbola nibanjinana ny lohahevitra hoe « Havaozy ny fanompoan’ny fiangonana« , natokana hitondrana am-bavaka ny Sampana Fifohazana manerana ny sahan’ny FJKM. Ny mpitandrina Randrianarisoa Alain no nitondra ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Matio 5 : 21-26 «  21Efa renareo fa voalaza tamin’ny ntaolo hoe: „Aza mamono olona” (Eks. 20.13); ary izay mamono olona

16/10/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Ka dia ho hitanareo indray ny tsi-fitovian’ny marina sy ny meloka, dia ny manompo an’Andriamanitra sy ny tsy manompo Azy

Alahady 16 Oktobra 2022, nitondrana am-bavaka ny Masera MAMRE, mbola handinihan’ny FJKM ny lohahevitra manao hoe « Havaozy ny fanompoan’ny fiangonana« . Ny mpitandrina Randrianarisoa Alain no nitondra ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Malakia 3 : 18-24  » 13Ny teninareo dia mahery mamely Ahy hoy Jehovah. Nefa hoy ianareo: Inona no resakay nentinay namely Anao? 14Tamin’ny nanaovanareo hoe:

09/10/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Fa raha manao fanasana ianao, dia asao ny malahelo

Alahady 09 oktobra 2022, mbola hibanjinana ny lohahevitra hoe « Havaozy ny fanompoan’ny fiangonana » ary nanatanterahan’ny MIASAFIA ny fanateram-bokatra. Ny mpitandrina Rambinintsoa Onja no nitondra ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Lioka 14 : 13-14  » Fa raha manao fanasana ianao, dia asao ny malahelo, ny kilemaina, ny mandringa, ny jamba; 14dia ho sambatra ianao, satria tsy mba

02/10/2022 A la une . Fampianarana . Fanompoam-pivavahana

Fampianarana : Hazakazaka masina

Alahady 02 Oktobra 2022, andinihina lohahevitra vaovao eto anivon’ny FJKM hoe « Havaozy ny fanompoan’ny fiangonana« . Ny mpitandrina RANDRIANARISOA Alain no nitondra ny fampianarana mahakasika ny atao hoe « Hazakazaka masina » araka ny FJKM. Manasa anao hiombona @ fanompoam-pivavahana :

25/09/2022 A la une . Fanompoam-pivavahana . Toriteny

Jesoa Kristy manome fahefaha izay olona irahiny

Alahady 25 septambra 2022, handinihina farany ny lohahevitra hoe « Mikeleza aina amin’ny asa fitoriana« , hitondrana am-bavaka ny FFP na Fikarohana sy Fandalinam-pinoana. Ny mpitandrina Ranaivoson Bodo Hanitriniaina no nitondra ny hafatr’Andriamanitra avy ao amin’ny Matio 10 : 1-10  » 1Ary Jesosy niantso ny mpianany roa ambin’ny folo lahy hankeo aminy ka nanome azy fahefana hamoaka